FAUSSE PIÈCE NAPOLEON OR

Dans les contrefaçons de pièces de Napoléon on y trouve de l’imitation basique à la fausse pièce digne d’un artiste.

____________________________
Les 7 points importants afin de ne pas se faire avoir sont les suivants. Attention, ces points représentent un faisceau d’indices qui peuvent amener à conclure que la pièce est bonne mais ne représente pas une valeur sûre à 100%. En effet, ces dernières années, un nombre important de fausses pièces de Napoléon provenant de Chine ont envahi le marché Français et ont compliqué la tâche des acheteurs d’or. Cependant, en respectant ces points ci-dessous, la garantie d’être en présence d’un authentique Napoléon est quasi sûre.

_____________________________
1. La matière utilisée: l’utilisation d’autres métaux comme le laiton ou le cuivre est courante chez les faussaires. Une méthode utilisée pour tester l’authenticité d’une pièce est de placer un glaçon sur la pièce et de voir s’il fond. En effet, l’or est un métal conducteur. Toutefois, le cuivre et l’argent sont bien plus conducteurs. Afin d’être certain de la pureté d’une pièce, seuls les tests à l’acide ou à l’aide d’une machine du type spectromètre garantissent son authenticité.

 ____________________________
2. Le poids doit être exact: le grammage en or doit être exact au dixième de gramme près. Les faussaires n’ont souvent pas le matériel nécessaire pour copier la pièce au dixième de gramme près. Un poids qui n’est pas conforme à la description de la pièce est à coup sûr une fausse pièce. Attention, si la pièce est écorchée, elle a de facto perdu un peu de son grammage et donc de sa valeur.

____________________________
3. Les frappes et les impressions doivent être parfaites et représenter de façon identique la pièce de sa catégorie. Souvent les anomalies constatées sont un profil à l’avers de la pièce qui ne correspond pas à l’identique de la pièce de sa catégorie. Des détails peuvent aussi disparaitre. Chaque pièce fut gravée par un artiste. Ces artistes sont répertoriés par année.
_____________________________
4. Chacune des années de frappes ont des illustrations différentes. Les artistes graveurs avaient tendance à créer un nouveau modèle pour chaque série de frappes. Les différences de motifs se trouvent par exemple sur le profil à tête nue ou laurée, ou encore dans la représentation du personnage ou du symbole gravé sur la pièce. Il peut s’agir du Premier consul, de Louis XVIII, de Charles X, de Louis-Philippe 1er , du Génie de la 2ème et 3ème république, de Cérès de la 2ème république, de Louis Napoléon Bonaparte, de Napoléon III ou d’un coq.

_____________________________
5. Les différences de taille qu’on appelle différence de module et diamètre sont changeantes en fonction des années de frappe.
_____________________________
6. La tranche des pièces est un détail important. Elle peut être lisse, cannelée ou striée, et gravée avec des inscriptions différentes en fonction des années.
______________________________
7. La pièce fleur de coin fait partie des toutes premières pièces frappées avec un coin neuf. Elle est préservée de toute circulation et donc très rare à acquérir. Très recherchée par les collectionneurs, il est pour autant loin d’être évident de reconnaitre une pièce FDC pour un numismate non averti.

________________________________

Les faussaires n’hésitent pas à passer les pièces de Napoléon à l’acide, les pièces trop brillantes n’oublient pas que l’usure je fais sur les deux faces à l’identique. De nos jours, une méthode des plus courantes venant d’Asie est de plaquer les pièces recto-verso et au milieu y inclure un métal de faible valeur de type cuivre.

En conclusion, il est conseillé d’acquérir vos pièces d’or chez un professionnel, même si ce n’est pas pour autant un gage de qualité. Grâce à la traçabilité de la pièce il sera possible de retrouver la source en cas de pièce de contrefaçon. Une autre solution lorsque l’on achète directement à des particuliers est de se fournir d’un spectromètre. C’est une meilleure alternative que l’acide afin de ne pas altérer la pièce.